29 juillet - 6 août 2017

Vendredi 4 août 19h

Nurit Stark violon et alto
Cédric Pescia piano
François Grin violoncelle

border
Johannes Brahms (1833-1897)
Sonate pour alto et piano en mi bémol majeur, op. 120 N° 2
  1. Allegro amabile
  2. Allegro appassionato
  3. Andante con moto
Robert Schumann (1810-1856)
Sonate pour violon et piano N° 2 en ré mineur, op. 121
  1. Ziemlich langsam – Lebhaft
  2. Sehr lebhaft
  3. Leise, einfach
  4. Bewegt
PAUSE
Robert Schumann (1810-1856)
Trio N° 1 en ré mineur, op. 63
  1. Mit Energie und Leidenschaft
  2. Lebhaft, doch nicht zu rasch
  3. Langsam, mit inniger Empfindung –
  4. Mit Feuer

Nurit Stark

Née en 1979, Nurit Stark étudie à la Rubin Academy de Tel-Aviv avec Haim Taub, à la Juilliard School of Music de New York avec Robert Mann et à la Hochschule für Musik de Cologne avec le Quatuor Alban Berg. Elle se perfectionne auprès de Ilan Gronich à l’Universität der Künste de Berlin.

Nurit Stark donne des concerts en récital et de musique de chambre dans de nombreux pays d’Europe, d’Amérique, d’Asie, en Israël et se produit en soliste avec des orchestres renommés dans des salles prestigieuses. Hôte de plusieurs grands festivals, elle est invitée en 2007 par Gidon Kremer à jouer au Festival de Lockenhaus.

Nurit Stark est lauréate de nombreux concours internationaux: George Enescu, Leopold Mozart, Premio di Trieste, Ibolyka Gyarfas et est récipiendaire de bourses des fondations Ilona Kornhauser et America Israel Cultural Foundation en Israël. Son répertoire s’étend du baroque à la musique du XXIe siècle, dont elle est une interprète engagée. Ainsi remporte-t-elle en 2006 le Prix spécial de la meilleure interprétation pour la pièce contemporaine «1756» de Viktor Suslin au Concours Leopold Mozart de Augsburg. Elle assure la création mondiale de cette œuvre en mai 2006 et celle-ci lui est dédiée. Nurit Stark s’engage régulièrement dans des projets scéniques d’avant-garde qui associent musique et théâtre notamment sous la direction de David Marton. Passionnée de musique de chambre, elle fonde, en 2010, le Trio Stark (avec Monika Leskovar, violoncelle et Cédric Pescia, piano).

Liée au pianiste Cédric Pescia par une complicité de longue date, leur duo est soutenu par la Fondation Forberg-Schneider. Elle a enregistré en sa compagnie un CD de sonates de Busoni et Enescu, disque qui a recueilli les meilleures critiques.

Nurit Stark joue un violon de Petrus Guarnerius de Mantoue datant de 1710.

Cédric Pescia

Né à Lausanne, Cédric Pescia commence ses études musicales à l’âge de sept ans. Il étudie d’abord au Conservatoire de Lausanne dans la classe de Christian Favre (Premier Prix de virtuosité avec félicitations du jury en 1993), puis auprès de Dominique Merlet au Conservatoire de Genève (Premier Prix de virtuosité avec distinction en 1997) et achève ses études à l’Universität der Künste de Berlin dans la classe de Klaus Hellwig.

Parallèlement, il se perfectionne auprès de Pierre-Laurent Aimard, Daniel Barenboim, Ivan Klansky, Irwin Gage, Christian Zacharias, Ilan Gronich et du Quatuor Alban Berg. Il collabore en tant qu’accompagnateur à plusieurs cours d’interprétation de Lied donnés par Dietrich Fischer-Dieskau. De 2003 à 2006, invité à l’«International Piano Academy, Lake Como», il étudie avec Dimitri Bashkirov, Leon Fleisher, Andreas Staier, Menahem Pressler, William G. Naboré et Fou T’song notamment.

Cédric Pescia a remporté le Premier Prix (Gold Medalist) de la Gina Bachauer International Artists Piano Competition 2002 à Salt Lake City, USA.

Cédric Pescia donne de nombreux concerts et récitals dans le monde entier, il est invité par de prestigieux festivals internationaux, entre autres: Printemps de Prague, Menuhin Festival-Gstaad, Schleswig-Holstein Musik Festival, Sommets Musicaux de Gstaad, Schubertiade Hohenems, Lucerne Festival, Miami International Piano Festival et Festival de Radio France et Montpellier. Il se produit en soliste avec l’Orchestre de Chambre de Lausanne, l’Orchestre de la Suisse Romande, l’Utah Symphony, les Festival Strings de Lucerne, l’Orchestra Sinfonica di Milano Giuseppe Verdi, le Sinfonie Orchester de Berlin, la Klassische Philharmonie de Bonn, le Göttinger Symphonie Orchester, l’Orchestra della Svizzera Italiana, la Camerata Bern, l’Orquestra Filarmonica de Bogota, l’Orchestre National de Lille et le Kammerorchester Basel.

Il donne des masterclasses aux Etats-Unis et en Europe, notamment dans le cadre de la prestigieuse Accademia Pianistica Internazionale «Incontri col Maestro» à Imola (Italie).

A côté de ses activités de soliste, son amour de la musique de chambre l’amène à jouer régulièrement avec des partenaires renommés, il forme le Trio Stark avec Nurit Stark et Monika Leskovar. Membre fondateur en 2006 de la série lausannoise de concerts de musique de chambre Ensemble enScène, il est, depuis la saison 2015-2016, musicien associé du TKM (Théâtre Kléber-Méleau). Il a également été juré du Concours Clara Haskil 2005 et 2007.

En 2007, Cédric Pescia est honoré du Prix Musique de la Fondation Vaudoise pour la culture. Il est également lauréat de la Bourse de la Fondation Leenaards de Lausanne.

Pour Claves Records, AEON, La Dolce Volta, BIS, Genuin, il a enregistré des œuvres de Bach, Couperin, Beethoven, Schubert, Schumann, Debussy, Busoni, Enescu, Messiaen, Cage, Suslin et Gubaidulina. CDs qui ont recueilli les meilleures critiques.

En 2012, il est nommé professeur de piano à la Haute Ecole de Musique de Genève.

www.cedric-pescia.com


François Grin

De nationalité suisse, François Grin est né en 1969 à Washington D.C. Il commence le violoncelle dès l’âge de sept ans avec Christiane Henneberger au Conservatoire de musique de Lausanne. Admis à l’âge de 16 ans au Conservatoire supérieur de musique de Genève, il étudie dans la classe de Guy Fallot, puis de Daniel Grosgurin. Après un diplôme de capacité professionnelle avec mention accompagné d’un prix spécial, puis un premier prix de virtuosité, il remporte une bourse qui lui permet de poursuivre une formation postgrade à la Royal Academy of Music de Londres, où il reçoit un «Diploma of Advanced Studies» dans la classe de Douglas Cummings. Parallèlement, il se perfectionne également auprès de maîtres tels que Lynn Harrell, Mats Lidström et János Starker.

Sa passion musicale s’oriente très vite vers la musique de chambre, qu’il découvre dans de nombreuses formations et au contact de personnalités marquantes telles qu’Arpad Gerecz, Hatto Beyerle, Walter Levin, Jean Moullière, et Christopher Elton. Il choisit dès lors de s’investir pleinement dans la carrière exigeante de «quartettiste», tout en développant des compétences éclectiques, de la pratique sur instruments anciens à la création contemporaine.

De 1993 à 1997, il est membre du Quatuor Ortys, qui consacre une grande partie de son répertoire à la musique de notre temps et aux compositeurs suisses, comme en témoigne sa discographie (Dutilleux-Rappaz-Ligeti pour Musikszene Schweiz, et Martin-Briquet-Bloch pour Cascavelle). Il rejoint ensuite le Quatuor Terpsycordes, avec lequel il vit les expériences les plus enrichissantes: premier prix de quatuor au Conservatoire de musique de Genève dans la classe de Gábor Tákacs, postgrade de musique ancienne avec Florence Malgoire, lauréat de plusieurs concours internationaux, dont un premier prix au Concours de Genève en 2001. Sa carrière l’emmène dès lors sur plusieurs continents, de Rio à Shanghai, avec des partenaires renommés. Il enregistre pour les labels Claves-Records, Zig-Zag Territoires, Stradivarius, Ricercar, Brilliant Classics et Ambronay Editions avec à la clé de nombreuses distinctions dans la presse spécialisée.

Professeur de violoncelle et de musique de chambre à L’Ecole Sociale de Musique de Lausanne depuis 1992, il a été également violoncelle co-soliste à l’Orchestre de Chambre de Genève. Musicien actif au sein Festival classique des Haudères depuis 2003, il a le plaisir d’en assumer la direction artistique depuis sa 7e édition.

François Grin joue un violoncelle Pressenda (Turin, 1841) de la Fondation Henneberger-Mercier.