Dimanche 28 juillet 18h

Revue Blanche

  • Lore Binon, soprano
  • Caroline Peeters, flûte

  • Kris Hellemans, alto
  • Anouk Sturtewagen, harpe
separator_white

«FOLKLORE»

Manuel de Falla (1876-1946)

Siete canciones populares españolas G. 40 *
  • El paño moruno
  • Seguidilla murciana
  • Asturiana
  • Jota
  • Nana
  • Canción
  • Polo

Edvard Grieg (1843-1907)

25 Norske Danser op. 17 *
  • Springtanz
  • Lied des Freiers
  • Geistliches Lied
  • Niels Tallefjorden
  • Stabbe – Laaten

Maurice Ravel (1875-1937)

Cinq mélodies populaires grecques
  • Chanson de la mariée
  • Là-bas, vers l’église
  • Quel galant m’est comparable
  • Chanson des cueilleuses de lentisques
  • Tout gai!


Benjamin Britten (1913-1976)

Folk Songs *
  • The Miller of Dee
  • O Waly, Waly
  • Greensleeves

Astor Piazzolla (1921-1992)

Histoire du tango
  • Café 1930

Pēteris Vasks (1946)

Little Summer Music *
  • Plaši, Skanīgi (large, sonore)
  • Nesteidzot (sans hâte)
  • Energiski (énergiquement)

Joseph Canteloube (1879-1957)

Chants d’Auvergne *
  • Baïlèro (Chant de bergers)
  • Brezairola (Berceuse)
  • Lou coucut (Le coucou)

Luciano Berio (1925-2003)

Folk Songs *
  • Black is the color
  • Loosin Yelav
  • La donna ideale
  • Azerbaijan love song
* Arrangement: Revue Blanche

Revue Blanche

Revue Blanche est un ensemble de musique de chambre vocal-instrumental dont la distribution insolite est particulièrement colorée : soprano, flûte, alto et harpe. Depuis sa création, l’ensemble peut se targuer d’un parcours impressionnant. Le prix Klara Jonge Belofte 2013 (Jeunes promesses), le prix YAMaward 2016 et leur disque Shelter en constituent les preuves éclatantes.

Revue Blanche emprunte son nom à la revue littéraire et artistique du même nom, fondée à la fin du XIXe siècle. Le nom La Revue Blanche vient du fait que la somme de toutes les couleurs est le blanc, symbole de la page vierge permettant d’accueillir toutes les opinions, tous les courants. Allégorie qui sied à ravir l’esthétique à laquelle adhèrent les musiciens. Qui plus est, cette période s’est révélée à plusieurs reprises une source d’inspiration précieuse dans la composition de leurs programmes. Quant aux arrangements, de par leur grande qualité, ils exploitent et font entendre les riches couleurs de l’instrumentarium.

Ils ont déjà eu l’occasion de se produire dans des salles de concert renommées, comme l’Elbphilharmonie à Hamburg, le Muziekgebouw aan ’t IJ à Amsterdam, la Temppeliaukion kirkkfo à Helsinki, le Nordea Concert Hall à Tallinn, l’Opéra de Lille, Bozar et Flagey à Bruxelles, le Concertgebouw à Bruges, deSingel à Anvers et Muziekcentrum De Bijloke à Gand. Ils ont été également invités au Klarafestival, à l’Internationaal Kamermuziekfestival Schiermonnikoog, au Big Bang Festival et au Tallinn Black Nights Film Festival.

L’ambition de cet ensemble se manifeste donc sur plusieurs plans. Toujours à la recherche d’idées novatrices, les musiciens ne se limitent pas à une approche purement classique, mais l’associent à d’autres formes d’expressions artistiques d’aujourd’hui. C’est ainsi que l’ensemble propose des productions exclusivement musicales, mais aussi des programmes pluridisciplinaires mêlant leur art à la littérature, à la danse, aux arts plastiques et visuels, ou encore à l’électronique. Cette approche hybride aboutit à des expériences de concert intenses et donne vie de façon unique au patrimoine musical européen d’époques variées.

www.revueblanche.be

Lore Binon

Lore Binon entame sa carrière musicale comme violoniste. Titulaire d’un master de violon du Conservatoire Royal de Bruxelles, elle est lauréate des concours Jong Tenuto et Dexia Axion Classics. Pendant ses études de violon, elle découvre sa voix et commence à nourrir une réelle passion pour le chant. Elle obtient son bachelor en chant chez Beatrijs Devos au même Conservatoire de Bruxelles et poursuit ses études à l’Ecole supérieure de musique de Catalogne et termine son master magna cum laude au Conservatoire d’Amsterdam chez Valérie Guillorit. Elle se voit décerner à Bruxelles le prix Cardon pour ses résultats exceptionnels. Elle est actuellement coachée par Margreet Honig.

A Schiermonnikoog, elle a chanté Pierrot lunaire de Schönberg et dans Sirènes de Luca Francesconi avec le Brussels Philharmonic sous la direction de Michel Tabachnik. Cette saison, elle a fait ses débuts à l’opéra comme Barbarina dans Les Noces de Figaro avec le Freiburger Barockorchester et René Jacobs. Elle a participé à Drumming de Steve Reich avec l’Ensemble Ictus lors d’une tournée internationale et a chanté la partie de soprano dans la Passion selon Saint Matthieu, lors d’une grande tournée aux Pays-Bas sous la baguette de Jos Van Velthoven.

Ayant une grande affinité avec la mélodie et le lied, elle est invitée à se produire au Muziekgebouw aan’t IJ d’Amsterdam dans la série Grands chanteurs et donne plusieurs récitals en Angleterre lors du prestigieux Oxford Lieder festival et aux Festivals de Chipping Campden et de Wesley Chapel Harrogate.

Comme soliste elle se fait remarquer par sa personnalité musicale, particulièrement riche et dotée d’une grande sensibilité. C’est à ce titre qu’elle collabore régulièrement avec des ensembles tels qu’Oxalys, le Chœur de la Radio flamande, le Brussels Philharmonic Orchestra et Lingua Franca, en se produisant notamment dans Les sept dernières Paroles du Christ en croix de Haydn, le Magnificat de Bach, les Liebeslieder et Neue Liebeslieder de Brahms, Dixit Dominus de Händel et Lobgesang de Mendelssohn. Elle a chanté dans les plus grandes salles de concert comme Bozar, la Salle Pleyel, l’Opéra de Lyon, Le Palau de la musica catalana, De Doelen à Rotterdam et le Tchaikovsky Hall à Moscou.

Caroline Peeters

Caroline Peeters obtient son bachelor au Conservatoire de Gand chez Philippe Benoit et son master chez Carlos Bruneel au Conservatoire Royal de Bruxelles. Par la suite, elle se perfectionne à titre privé auprès de Gaby Pas-Van Riet et participe aux masterclasses d’Emmanuel Pahud et de Michel Debost. Efforts récompensés : Caroline est lauréate du Concours Axion Classics de Dexia, mais aussi des Concours Fontys, Rotary et Lions.

Depuis 2007, Caroline est première flûte solo à l’Orchestre symphonique de Flandre. Son savoir-faire est également sollicité par de nombreux orchestres belges et anglais: Orchestre philharmonique de Liège, Filharmonie, Brussels Philharmonic, English Chamber Orchestra et London Philarmonic Orchestra. C’est avec ce dernier que Caroline s’est produite au Royal Albert Hall et a enregistré aux Abbey Road Studios.

Ses collaborations régulières avec l’orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie et l’Opera Vlaanderen montrent que son talent s’étend largement au répertoire opératique.

La musique de chambre prend une place proéminente dans la vie artistique de Caroline. Elle a participé à des tournées en Asie et en Amérique latine. Elle est régulièrement invitée par l’ensemble renommé de musique contemporaine Ictus.

Kris Hellemans

Le premier contact de Kris Hellemans avec la musique se fait sous l’influence de sa mère qui lui apprend l’accordéon à l’âge de six ans. C’est auprès de Marc Claes qu’il se passionne d’emblée pour la sonorité chaude de l’alto, qui se substituera bien vite à l’accordéon.

Lauréat du Concours Axion Classics, Kris entame ses études supérieures de musique chez Marc Tooten au Lemmensinstituut à Louvain. Il y obtient son bachelor et son master, tous deux avec la plus haute distinction. En parallèle, il mène des études à Maastricht pour lesquelles il est récompensé avec un second bachelor. Kris se perfectionne ensuite auprès de Bruno Pasquier à Paris et participe aux masterclasses de Paul Silverthorne, Vladimir Mendelssohn, Paul Coletti, Andreyi Viytovich, Tabea Zimmermann et de bien d’autres figures de proue de la musique classique.

Depuis 2006 Kris Hellemans est alto solo au sein de l’Orchestre symphonique de Flandre. En outre, il effectue régulièrement des remplacements dans plusieurs orchestres belges.

Parallèlement à son poste de soliste d’orchestre, il se spécialise en tant que chambriste. Il suit des masterclasses auprès d’ensembles ou de personnalités importantes du monde de la musique : Quatuor Artemis, Quatuor Danel, Heime Müller, Eberhard Feltz, Roger Chase et Renaud Capuçon. Membre du Quatuor Alfama de 2008 à 2014, Kris s’est produit dans de nombreuses salles et de nombreux festivals internationaux de musique de chambre.

Grâce à son savoir-faire, Kris s’est vu invité par l’Ensemble Prometheus, l’Ensemble Spectra, le Festival Est-Ouest et bien d’autres encore. Musica Reservata le sollicite aujourd’hui comme professeur de musique de chambre et d’alto pour leur masterclasse internationale. Son importante discographie (plus d’une quarantaine d’opus) comprend de nombreuses œuvres du répertoire français (Rameau, Campra, Lully, Mondonville, Boismortier, Grétry, Dukas, Jaëll, Catel, Delibes, Dauvergne, David, Dubois…), mais aussi Purcell, J.C. Bach, Rovetta, Mozart, Kraus, Haydn, Martinez…

Anouk Sturtewagen

Anouk Sturtewagen commence le violon à l’âge de quatre ans et passe le plus clair de son temps à l’Académie de musique. Elle y fréquente les cours de harpe, de violon, de piano et de chant. A dix-huit ans, elle décide de se vouer entièrement à sa passion : la harpe.

En juin 2007, elle obtient son master avec distinction au Conservatoire Royal de Bruxelles. Elle se perfectionne également en privé chez la célèbre pédagogue et harpiste Germaine Lorenzini à Lyon. Anouk obtient un post-grade en 2008 après avoir étudié à la Royal Academy of Music de Londres.

Anouk participe à de nombreuses masterclasses données par des musiciens renommés. On citera celles d’Elisabeth Fontan-Binoche, de Marie-Pierre Langlamet, d’Isabelle Moretti, d’Isabelle Perrin, de Fabrice Pierre et celles des membres du Quatuor Danel.

Elle s’illustre aussi dans plusieurs concours internationaux: elle est finaliste du 3e Concours international de Harpe de Lille, elle gagne le second prix au Concours Rotary à Gand et le premier prix au Concours européen de musique en Picardie. Elle est également lauréate du Concours Jong Tenuto.

Anouk se produit tant en soliste qu’en chambriste: on a pu entendre ses versions avec orchestre des Concertos de Haendel, de Mozart ou encore de Debussy, et elle a joué régulièrement en duo aux côtés du contrebassiste Joost Maegerman.

Depuis 2004 Anouk est harpiste solo de l’Orchestre symphonique de Flandre. De nombreux orchestres et ensembles font régulièrement appel à son talent : De Filharmonie, le Brussels Philharmonic, La Monnaie, L’Orchestre philharmonique du Luxembourg, L’Orchestre philharmonique de Liège, Oxalys et Prometheus.

Lors de la saison 2010-2011, Anouk a obtenu un essai au Royal Opera House Covent Garden à Londres, et s’y produit désormais en tant que free-lance.

En 2013, elle conçoit avec le duo Bilitis Un ballet réaliste, pièce de théâtre musical autour de la figure de Cocteau, produite à Gand. Tips and Tricks suivra en 2015, performance autour de la migration sur une musique de Joris Blanckaert et un texte de Sarah Eisa.

Bénévole, elle a activement participé à la programmation du festival Tête-à-Tijd, qui s’est déroulé dans les rues de Saint-Josse.

Anouk enseigne son art à l’Académie De Kunstbrug à Gand.